• Accueil
  • > Musique
  • > Andreas Scholl, « Ombra Mai Fu » , « Stabat Mater »

Andreas Scholl, « Ombra Mai Fu » , « Stabat Mater »

Andrea scholl est un contre-ténor allemand exceptionnel, révélé au grand public en 1993 . Chaque voix étant un petit voyage, dire qu’il est « LE’ contre-ténor est ridicule. Mais il est vrai qu’il a, sur certains albums, atteint un niveau de musicalité, de sensibilité ou d’expression lui permettant de porter, sans aucune compromission, la musique, vers un au delà.

Les connaisseurs semblent très émoustillés par la production entre 1990 et le début des années 2000 où sa voix savait avoir une fraîcheur , une innocence , une facilité lumineuse au service du sens ,  inégalées . 
Ses qualités éclatent dans un discret CD intitulé ‘Ombra Mai Fu’ consacré à des arias de Haendel (Compositeur un peu coincé entre Vivaldi , Bach … et son propre monumentalisme , mais c’est une autre histoire) , à mi chemin entre le dépouillement recueilli de son répertoire renaissance-pré-baroque et les acrobaties du baroque flamboyant. On adore .

Une autre facette de A. Scholl s’exprime dans cette version stratosphérique du Stabat Mater de Vivaldi , dirigé par Chiara Banchini, où la force de l’expressivité et la pureté du recueillement vous feront pleurer de bonheur . Il est vrai que Vivaldi est à son meilleur … comme souvent . Commencez donc par cette oeuvre à triple plaisir, pour la cas où vous ne connaîtriez pas.

Laisser un commentaire